Actualités

gouvernance de la data

Rencontre sur la Gouvernance de la Data

Les entreprises n’ont jamais produit autant de données. Elles développent des services digitaux et un marketing sophistiqué qui produisent et consomment de la donnée en quantité industrielle. Mais cet actif stratégique des entreprises est mal ou peu gouverné, faiblement protégé, et largement sous-utilisé. Et le sujet de leur gouvernance intéresse de plus en plus les entreprises.

Le 23 janvier 2020, Julhiet Sterwen a organisé une rencontre, afin de nous permettre de mieux comprendre ce sujet. Nous avons ainsi bénéficié de l’expertise de Sébastien Garcin, CEO de YZR, ex-Chief Data & Marketing Officer de la filiale France de L’Oréal, et de Jean-Philippe Poisson, Partner Data Transformation, Julhiet Sterwen.

De quelles données parle-t-on ?

La donnée est un sous-produit de nos activités. Tous les jours, utilisateurs de services digitaux de la vie quotidienne, nous créons et générons tous des données, et ceci même sans en être conscient. Dans le même temps, les collaborateurs et les systèmes opérationnels des entreprises produisent et consomment également de plus en plus de données, dans des procédures toujours plus fractionnées.
Quand on parle donnée, on ne parle donc pas uniquement de données personnelles. Business, logistiques, marketing… Les données concernent de nombreux domaines. Par exemple, la force de l’algorithme d’Uber repose sur de l’analyse de trafic beaucoup plus que sur la connaissance du comportement individuel de ses clients
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la donnée ne coûte « pas cher », surtout que beaucoup d’outils open source sont disponibles sur le marché.

gouvernance de la data

 

Quelle place pour la donnée dans le business model ?

 

Selon les entreprises, la donnée prend une importance plus ou moins grande, comme le montre le tableau ci-dessous.

 

gouvernance de la data

Qui pilote le sujet de la donnée ?

La réponse est variable en fonction des entreprises. Elle est souvent liée à la perception du sujet : parfois, la gouvernance peut être vue comme une “patate chaude” dont personne ne veut assumer la responsabilité, dans d’autre cas, la donnée peut être perçue comme un enjeu stratégique majeur que plusieurs directions vont se disputer. Les premiers POC sont généralement portés par les métiers ou par une direction “data” dédiée à cette tâche, mais aucun projet ne pourra trouver un débouché industriel sans une implication forte de la direction générale qui saura aligner la DSI, le marketing, la conformité et d’autres directions.

 

 

Qu’est-ce que la gouvernance de la donnée ? Et pourquoi la mettre en place ?

Les entreprises disposent de nombreuses données. Mais celles-ci sont difficiles à exploiter, notamment pour les raisons suivantes :

  • Hétérogénéité : comment mettre en relation des données qui sont nommées selon des référentiels différents, exprimées dans des unités différentes, qui comparent des périmètres différents… ?
  • Obsolescence : Les données sont « périssables ». Il est nécessaire de travailler avec des données récentes pour garantir leurs compatibilités et leurs pertinences.
  • Erreurs : Des données fausses sont facteur de risque. Elles peuvent en effet générer de mauvaises décisions et/ou d’erreurs stratégiques.

 

Pour y remédier, une gouvernance est à mettre en place.

 

« La gouvernance de la donnée recouvre les règles et process mis en place dans une entreprise afin d’encadrer la collecte et l’usage des données ».

 

Il s’agit, de cette façon, d’harmoniser, de normaliser et de catégoriser les données. 3 outils sont à créer et gérer :

  • Un répertoire
  • Des normes
  • Des référentiels

Cette étape nécessite d’aller à un grand niveau de détail. La pertinence de la donnée repose, en effet, sur des détails. Le travail de préparation de la donnée est clé pour que, par la suite, celle-ci puisse être exploitée par les métiers en autonomie. Enfin, si la mise en place d’une gouvernance de données permet de s’assurer que la production de donnée sera fiabilisée dans le futur, il faut également traiter le stock de données internes de façon à permettre de réaliser des modélisations fiables.

Par ailleurs, ce travail peut se faire à moindre coût. Il existe dans le monde de l’open source de nombreux outils permettant de travailler avec des données en grandes quantités. Citons ainsi l’open data, qui fait référence dans le secteur public.

Quels sont les enjeux ?

Aujourd’hui, les données peuvent-être utilisées de différentes manières :
● Reporting financier
● Analyse financière
● Marketing
● Supply Chain
● …

Demain, elles pourront servir à réaliser des prédictions, de la traçabilité, de l’automatisation de tâches et de processus. Pour cela, une entreprise doit intégrer de nouvelles sources de données qui sont : Web analytics, CRM, Social Listening, données externes.

Pour conclure…

Les entreprises ne sont pas à court de données, elles disposent de ces données en masse, et souvent sur de très longues périodes de temps. Ces données représentent un grand potentiel de croissance pour toutes les entreprises. Mais, pour qu’une stratégie de données puissent délivrer toute sa valeur, les données doivent être nettoyées et normalisées avant d’être partagées. Une gouvernance ad hoc est à mettre en place… C’est une démarche avant tout politique qui nécessite une bonne compréhension des enjeux de la part des équipes dirigeantes ainsi que des choix technologiques éclairés et pragmatiques.
Ces démarches peuvent être initiées rapidement avec des moyens limités, à condition que la vision stratégique soit parfaitement exprimée.
Et cela ne nécessite pas, pour autant, un budget conséquent, notamment grâce aux outils en open source.