Actualités

Business Process Management

Le Business Process Management (BPM) : une vision partagée des processus pour une création de valeur maximale

Article écrit par Olivier Richard.

Business Process Management : de quoi parle-t-on ?

Le Business Process Management, plus connu sous l’acronyme « BPM », a pour objet, comme son nom l’indique à cartographier les processus, bâtir un référentiel, les documenter, définir des indicateurs clefs de performance… L’objectif est de dégager une vision claire de l’organisation d’une entreprise ou d’une direction afin d’être plus efficace et de maîtriser ses risques.

Souvent, cet exercice apparaît comme imposé, générateur avant tout de charge de travail et source, au final, de peu de valeur opérationnelle, business et client. Mais, bien mené, un projet BPM peut se révéler être un générateur puissant de valeur…

Voici quatre exemples de création de valeur effective et concrète grâce au BPM.

Challenger l’organisation

La première utilité du Business Process Management est de comprendre qui fait quoi, afin d’identifier de façon factuelle et partagée, les périmètres où déployer l’amélioration continue, la simplification et l’optimisation des processus. Il permet donc de challenger l’organisation avec une vision globale. Les critères d’analyse peuvent être multiples : impact du processus sur le client, alignement avec les objectifs stratégiques, taux d’effort collaborateur….

 

Réduire les risques

Les approches BPM sont utiles pour questionner les contrôles existants et s’assurer que les 3 lignes de défense sont bien en place. Le ROI est clair. Le choix des organisations l’est aussi. Il s’agit ainsi soit de faire l’effort de documentation, soit de continuer à fonctionner avec des zones de flous sur qui est responsable de quelle ligne de défense, et donc, vecteur de risques.

 

Piloter la performance

Se lancer dans une démarche BPM a également une utilité opérationnelle. Elle permet en effet de mettre sous contrôle les processus. Le BPM est donc, en premier lieu, utile pour élaborer les indicateurs clefs de performance à mettre en place : qualité, délai, risques opérationnels, efficience, etc…. Elle permet également d’amener une réflexion concrète sur la production des data alimentant les indicateurs clés de performance et tableaux de bord de suivi.

 

Accompagner les solutions IT

Enfin, le BPM est également utile dans le cadre de la mise en place d’un ERP ou d’une solution IT d’envergure. Trop souvent, même si le principe « adopte (l’outil) et non, adapte » est un bon principe, les processus opérationnels sont les grands oubliés de la réflexion native de la transformation qui aboutit au projet IT. Avoir un BPM documenté, à jour, partagé et représentant la réalité est un atout majeur qui permet d’accélérer les phases de « design » et de « build » de la solution.

 

Une démarche BPM possède donc une puissance d’alignement forte : opérationnels, risques, IT, organisationnels… Comme tout projet majeur de transformation, elle doit être sponsorisée par le top management, voire organisée, pilotée et structurée par lui. De même, l’équipe constituée pour mettre en place le BPM se doit d’être ramassée, percutante, consciente de l’importance du sujet et composée de talents.

 

En savoir plus sur la vision Julhiet Sterwen de l’Excellence Opérationnelle.