Actualités

Coronavirus Réinvention

Entreprises : le bon moment pour se réinventer ?

Tribune écrite par Marc Sabatier
 
Comme c’est le cas à chaque fois que le monde fait face à une crise majeure, des voix s’élèvent de toutes parts, tirant des conclusions sans appel sur le « monde d’après ». Bien sûr, rien ne sera plus jamais comme avant ! Immobilistes contrariés, collapsologues engagés, utopistes militants et surtout opportunistes capitalisant sur une combinaison de ces courants pour espérer accélérer les ventes de leurs entreprises… Nombreux sont ceux qui affirment des convictions plus ou moins étayées et de formulent des solutions sans appel.
 
Essayons de nous souvenir des crises précédentes. Quelle que soit leur origine et leur gravité, elles sont toutes marquées d’une réalité tenace : notre mémoire est courte. Quelques mois suffiront malheureusement pour que nos préoccupations personnelles et court-termistes reviennent et endorment nos velléités de transformation du Monde et de la Société. Et nos convictions avec.
 
Pourtant, cela ne doit pas nous empêcher, bien au contraire, de tirer les enseignements de cette crise, et au passage, des précédentes.
Cette crise est atypique du fait de sa soudaineté, de son imprévisibilité, de ses impacts, d’une ampleur inédite : santé, économie, rapport au travail, vie quotidienne, sur une échelle mondiale. Face à une telle catastrophe, comment essayer de voir du positif ? En en tirant l’opportunité de nous questionner sur un vaste spectre de sujets, et de décider concrètement sur lesquels et comment nous souhaitons qu’il y ait « un avant et un après ».
 

« Avant de construire une cathédrale il faut commencer par s’asseoir ».

Ce proverbe nous rappelle le piège des belles paroles et des discussions de café du commerce. Pour l’éviter, et aller vers du concret, nous avons besoin de réflexions structurées, intégrant tous les aspects du sujet, soutenues par un principe de réalisme, des données et des observations dépassant le point de vue et l’environnement individuel.
 
A l’échelle des organisations, privées ou publiques, la priorité actuelle est très naturellement concentrée sur la sortie du déconfinement, la relance de l’activité et de l’économie, dans un contexte encore très incertain. Un Retour à l’Anormal indispensable, en quelque sorte. Mais, au-delà de l’immédiateté, il faut, avant que nos mauvaises habitudes nous rattrapent, engager cette réflexion de fond.
 
Le moment est particulièrement propice pour ce genre de démarche. Force est en effet de constater que, en France notamment, depuis deux mois à peine, tous les acteurs économiques ont adopté une posture de changement incontestable, faisant preuve d’une agilité individuelle et collective remarquable. Nous avons là une belle opportunité d’accompagner cette dynamique.
 
Revisitons donc nos modèles d’affaires, nos modèles opérationnels, nos modes de travail et les relations avec nos parties prenantes, pour une croissance plus robuste et plus durable. Chaque organisation pourrait alors se réinventer, avec une intensité choisie, selon sa culture, son histoire, ses valeurs, et la nature de ses activités. Elle devrait bien sûr capitaliser sur des données réalistes et une réflexion sincère, intégrant ses parties prenantes.

Entreprises: menons une réflexion large et ouverte, comme l’est notre Monde.

Large, car elle doit nous amener à nous interroger sur la façon dont la période actuelle crée des opportunités. Elle crée, au moins, des facteurs d’accélération pour des transitions auxquelles nous faisons face depuis longtemps et que nous adressions reconnaissons-le, avec plus ou moins d’énergie et de réussite : transitions politiques, économiques, sociétales, écologiques, numériques. Large également parce qu’elle doit requestionner en profondeur la raison d’être, le positionnement, les modèles économiques et opérationnels, le portefeuille d’activités, les comportements des clients, les modes d’organisation, les relations au travail et au lieu de travail, etc.
 
Ouverte, car elle doit intégrer toutes les parties prenantes, et pas que pour la photo. Création de valeur durable et résiliente, rôle et positionnement sociétal et environnemental, partage des responsabilités au sein de l’entreprise, notion d’écosystème et d’entreprise étendue, intégrant partenaires, clients et fournisseurs… Autant de thématiques à réinterroger sérieusement, tant elles sont apparues cruciales dès les premiers jours de la crise.
 
Après cette crise, les entreprises se diviseront très vite en deux catégories :
• celles qui auront su accompagner ce changement pour accélérer leur évolution et auront donc su se réinventer
• celles dont l’objectif aura été de revenir au plus vite à la situation initiale et aux modes de fonctionnement qui était les leurs avant la crise.
A chacun de se faire son idée sur celles des entreprises, parmi ces deux catégories, qui présenteront la compétitivité la plus forte et la plus durable dans les années qui viennent…

Découvrir le modèle de Julhiet Sterwen.

Nous contacter.